DAPHNÉ DU MAURIER

Parlons quelques instants de la reine du roman gothique : Daphné du Maurier.

Historiquement, le roman gothique historique naît en même temps que la redécouverte de l’architecture gothique anglaise à la fin du 19ème siècle et puise largement dans le registre surnaturel – ce n’est pas Ann Radcliff, Mary Shelley, Oscar Wilde ou Bram Stoker qui me contrediraient. Puis le genre tombe doucement dans l’oubli.

Jusqu’au choc électrique qui ramène le genre gothique à la vie, en 1938. « Rebecca » de Daphné du Maurier est un roman dont l’intrigue est contemporaine et où nul élément surnaturel ou vampire n’apparaît. Plutôt une atmosphère si bien plantée et si épaisse qu’on pourrait la couper au couteau. « Rebecca » devient le premier roman gothique moderne de la littérature anglaise.

Il faut dire que Daphné du Maurier a un sens du suspense tel que bon nombre de ses œuvres sont adaptées au cinéma : « Ma Cousine Rachel », « Le Mont-Brûlé », « Ne vous retournez pas » – « l’Auberge de la Jamaïque », « Rebecca » et « Les Oiseaux » ayant été adaptés par le Maître du Suspens lui-même, Alfred Hitchcock.

Daphné du Maurier est définitivement un auteur majeur de la littérature anglaise moderne, elle a pour autant longtemps été considérée comme un auteur romanesque, ce qu’elle déplorait et ce qui ne pourrait être plus faux, si l’on prend en considération l’absence de fin heureuse dans bons nombre de ses écrits, ou encore l’atmosphère souvent sinistre qui entoure ses personnages. Elle serait plutôt dans la lignée d’un Wilkie Collins (ah! Wilkie) qu’elle admirait d’ailleurs. Son style, son sens du récit lui ont depuis valu une solide réputation.

Si vous souhaitez en lire plus sur Daphné du Maurier, sa vie en France, sa bisexualité cachée, les accusations de plagiat qui ont pesé sur « Rebecca » ou « Les Oiseaux » – « Manderley for Ever », sa biographie par Tatiana de Rosnay est le livre pour vous.

« Rebecca » est certes fascinant, mais « Le Bouc Émissaire » est haletant. John, un Anglais dépressif, qui est en vacances en France, rencontre par hasard son double parfait en la personne de Jean, un comte français. Ils sympathisent, boivent de nombreux verres, ce qui laisse Jean complètement saoul et absolument endormi. John décide alors de prendre l’identité de Jean, et de vivre sa vie.

Tout dans ce roman est passionnant : l’atmosphère, le suspens, les questions de l’être et de l’avoir. Impossible de lâcher ce roman.

Robe et manteau YSL – Pochette Valentino – Gants Agnelle – Montre Agatha – Boucles d’oreilles O’Fée