SAINT-GERMAIN-EN-LAYE

Il fallait bien que je vous parle un jour du château de Saint-Germain-en-Laye, puisque c’est dans son ombre que j’ai passé une partie de mon enfance et de mon adolescence.

Je vais être honnête, j’ai toujours trouvé ce château un petit peu lugubre, trop imposant et de proportions franchement douteuses. Je ne l’ai redécouvert d’un œil neuf que très récemment, n’ayant plus mis les pieds à Saint-Germain-en-Laye pendant plus de 25 ans. Il faut dire que ses façades ont été rénovées, faisant joliment ressortir la pierre et la brique.

Il n’est pas ouvert en tant que tel, mais la visite du Musée d’Archéologie permet d’accéder à la cour et à la chapelle.

Bien avant le château tel que nous le connaissons, un château non fortifié en bois est construit en 1124 sous le règne de Louis VI Le Gros, renforcé par une tour de logis en pierre et d’un mur de fortifications sous Philippe Auguste.

La chapelle, qui vient agrandir le château en 1238 sous les ordres de Saint Louis, est de style ogival rayonnant et sert de modèle à la Sainte Chapelle à Paris.

Pendant les siècles suivants, le château est détruit par les incendies et les occupations anglaises, mais François Ier, qui a épousé Claude de France dans la chapelle en 1514, confie la reconstruction du château dans le style Renaissance à l’architecte Pierre de Chambiges.

Henri II y naît en 1519 et c’est sous son règne, en 1547, qu’a lieu le fameux coup de Jarnac au cours d’un duel qui se déroule devant le château.

Henri II entreprend la construction du Château Neuf, ravalant notre château au rang de Château Vieux. Il faut tout de même parler ici de ce Château Neuf, dont il ne reste aujourd’hui qu’un pavillon (où est né Henri IV et qui est à présent un hôtel-restaurant réputé) et les rampes aux grottes qui dévalent la colline saint-germanoise. La construction de ce Château Neuf est confiée à l’architecte Philippe Delorme en 1559 mais les travaux ne seront terminés que sous le règne d’Henri IV, vers 1600.

Mais revenons au Château Vieux. Louis XIII y meurt, Charles IX et Louis XIV y naissent. Avant de s’installer définitivement à Versailles, Louis XIV passe une grande partie de son règne à Saint-Germain-en-Laye entre 1661 et 1682, même si les mauvais souvenirs de la Fronde lui font détester ce château. Le 20 avril 1682, la Cour part définitivement à Versailles et Louis XIV sera le dernier roi de France à avoir résidé à Saint-Germain-en-Laye.

La chapelle est un bel exemple de style gothique rayonnant.

Il s’agissait à l’origine d’y recevoir des reliques saintes et elle préfigure la sainte Chapelle que Saint Louis fera bâtir à Paris. L’architecte Pierre de Montreuil s’occupe d’ailleurs des deux chantiers et y applique les mêmes principes : une nef à vaisseau unique, sans support intérieur, de très hautes verrières occupant la quasi-totalité des murs.

C’est dans la chapelle de Saint-Germain-en-Laye que Baudouin II remet les reliques de la couronne d’épines du Christ à Saint Louis en 1238, la Sainte Chapelle n’étant consacrée qu’en 1248.

Le musée des Antiquités Nationales (maintenant baptisé Musée d’Archéologie Nationale), créé en 1867 sous l’impulsion de Napoléon III, offre une nouvelle vie au Château Vieux.

Je ne parlerai pas ici de la terrasse de Le Nôtre, qui offre un panorama incroyable sur la vallée de la Seine. Elle est très belle à n’en point douter, mais j’y ai infiniment souffert, puisque mon père m’entraînait enfant puis adolescente tous les dimanches à la course à pied. Si je vous dis que cette terrasse est un long ruban linéaire de plus de deux kilomètres et que courir sans en voir la fin est (je cite) « excellent pour renforcer le mental », vous comprendrez pourquoi je n’évoque pas cette terrasse majestueuse 😉

11 Février 2022