LES PLANCHES DE TROUVILLE

Surnommée la Reine des plages, Trouville est la plus ancienne station balnéaire de Normandie.

Trouville est née avec les artistes : c’est Charles Mozin, un jeune peintre parisien, qui découvre Trouville et sa belle plage en 1825. Peintres – Jean-Baptiste-Camille Corot, Eugène Boudin – puis écrivains – Gustave Flaubert, Alexandre Dumas – suivront.

Gustave Flaubert y passe ses vacances, enfant. La plage est le théâtre de ses premières amours adolescentes : en se promenant sur la plage, il voit une superbe pelisse rouge rayée noire que la marée montante mouille. Il la saisit et la rend à sa charmante propriétaire : Élisa Schlésinger, dont il tombe immédiatement amoureux même s’il ne lui avoue son coup de foudre que trente-cinq ans plus tard dans une lettre.

Quant à Marcel Proust, il visite pour la première fois Trouville en 1885, à l’occasion d’un séjour avec sa grand-mère à l’hôtel des Roches Noires. Très attaché à Trouville, l’écrivain y retourne plusieurs fois.

La promenade des planches est construite en 1867.

Bordée par de magnifiques villas construites entre 1865 et 1885, elle est un lieu riche en histoire et en architecture.

Trouville sera par la suite rudement concurrencée par Deauville, dont elle n’est séparée que par un fleuve, la Touques. Alors que Deauville déploie des charmes un tantinet tapageurs, Trouville préserve un caractère plus authentique et légèrement désuet.

Lorsque Deauville égrène fièrement des noms de stars de cinéma sur ses planches, Trouville inscrit le nom des artistes liés à la ville sur ses bancs.

Il faut être honnête : vous “êtes” soit Deauville, soit Trouville. En ce qui me concerne, le choix est vite fait.

Robe Peter Pilotto – Chaussures SJP – Sac à main Miu Miu – Lunettes de soleil Chanel