ENFANT MIROIR

Ma fille de 6 ans déteste ce maillot de bain. Et j’en profite pour apprécier tout ce qui nous sépare.

Dieu soit loué, ma fille ne me ressemble pas du tout : elle aussi blonde que je suis brune et aussi grande (pour son âge) que je suis petite (pour mon âge, hum). Elle a pris de son père (ce qui tombe bien, il est beau comme un Dieu) en termes de visage et de morphologie et de sa belle-mère que j’adore (je suis séparée du Dieu) pour ce qui est du style capillaire, à savoir un carré avec frange. Son caractère est aussi éloigné du mien que le feu l’est de la glace (je vous laisse deviner qui est qui, n’est-ce pas, oui, bon, bref).

Dieu soit loué, vraiment, car je suis plus que ravie que cette petite fille vive sa vie en dehors d’un quelconque mimétisme forcé vis-à-vis de sa maman. Je suis de plus en plus convaincue que nous sommes – en tant que parents – des accompagnateurs dont la mission principale est d’aider au développement d’une personnalité – aussi différente et parfois incompréhensible soit-elle – pour la rendre heureuse et indépendante.

Nous ne sommes certainement pas propriétaires de ces personnalités en réalisation perpétuelle. Nous en sommes les protecteurs, les guides, les exemples, les tuteurs, mais certainement pas les propriétaires.

Là sont vraiment, à mon sens, les mots-clés : bonheur et indépendance : accepter la différence, développer les sources de bonheur même si ce ne sont pas les siennes propres, accompagner l’enfant et ne surtout pas en faire son miroir, son faire-valoir ou une quelconque extension de soi-même.

Il ne me viendrait donc jamais à l’esprit d’acheter les mêmes vêtements que ma fille (ou acheter à ma fille les mêmes vêtements qu’à moi – affreuse tendance dans certains magasins – car cela me semblerait un déni de sa personnalité – ou de la mienne d’ailleurs. Elle a son style propre, sa personnalité propre et j’en suis – étrangement ou non – très fière.

Combinaison Duskii – Lunettes de soleil Chanel