LES PUCES DE SAINT-OUEN

Parlons quelques instants du marché aux puces de Saint-Ouen, où des merveilles vintage peuvent être dénichées par tous ceux qui aiment la chasse aux trésors.

Les Puces, qui couvrent quelques 7 hectares, représentent le plus grand marché de d’antiquités, de brocante et de fripe au monde, le tout à ciel ouvert.

Lorsque le grand architecte du Paris impérial – j’ai nommé le baron Haussmann – redessina Paris autour de longues et larges avenues, il délogea de nombreux petits marchands, chiffonniers et fripiers qui se trouvèrent dans l’obligation de déménager leurs baraquements en dehors de la ville. Lorsqu’un décret de 1884 prohiba le dépôt d’ordures dans les rues, ces petits marchands, chiffonniers et fripiers se virent également privés de matière première.

Ils allèrent au nord de Paris et c’est ainsi que naquirent officiellement les Puces de Saint-Ouen, en 1885. Installés le long des fortifications qui entouraient alors Paris, ils n’avaient pas à payer l’octroi, car en dehors de la ville.

Pourquoi ce nom, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que les vêtements d’occasion vendus par les chiffonniers des Puces étaient supposés être infestés de puces et autres vermines.

Me voici donc, en robe longue vintage et en bottes de cuir. Parce que, pourquoi pas, n’est-ce pas.

Et voici une autre merveille vintage, parée d’une ceinture verte éclatante.

Le tout chez Marcel et Jeannette aux Puces de Saint-Ouen