GIVERNY

Giverny n’aurait pas existé si Claude Monet n’était pas tombé amoureux d’une femme mariée. C’est en effet pour s’éloigner de la capitale et mettre à l’abri des regards indiscrets sa relation avec Alice Hoschedé que Monet s’enquiert d’une maison à la campagne.

C’est à Giverny – qui est avant tout le nom du village où se trouve la Fondation Claude Monet – que le peintre décide en 1883 de s’installer en location. Il fera finalement l’acquisition de la maison en 1890, dans laquelle il vivra jusqu’à son décès en 1926.

L’ensemble de la maison est totalement réaménagé par Monet : si le crépi rose d’origine de la maison est préservé, les volets et portes sont repeints en vert, la salle à manger en jaune vif, la cuisine pavée de faïence bleue et blanche de Rouen.

Monet est maladivement perfectionniste lorsque l’on en vient au jardin : il fait détourner un bras de rivière avoisinant pour alimenter l’étang qu’il fait creuser, engage sept jardiniers et l’un d’eux a pour tâche d’essuyer quotidiennement les gouttes de rosée sur les nénuphars de l’étang.

Le jardin est en réalité composé de deux parties : le Clos Normand devant la maison et le Jardin d’Eau qui est un jardin japonais.

Le Clos Normand est un jardin à l’anglaise, dans lesquels les fleurs s’épanouissent librement. Monet est passionné de botanique et fait venir à grands frais moult variétés. « Tout mon argent passe dans mon jardin » confie-t-il.

Le Jardin d’Eau s’inspire quant à lui des jardins japonais, que Monet connait à travers les estampes qu’il collectionne avec ferveur. L’étang est asymétrique, enjambé par le petit pont japonais – peint 45 fois – et environné par les non moins fameux nymphéas. Monet n’aura de cesse de travailler son jardin japonais, sa création s’exprimant ici deux fois, par la création du jardin puis par sa peinture.

La maison est chamarrée et pleine de couleurs, et les jardins sont absolument enchanteurs, merveilleux et hors du temps. L’ensemble laisse la belle impression d’un lieu chargé de vie – 8 enfants y cavalaient – et d’amour.

Car Monet avait finalement épousé sa belle Alice.

2 Juillet 2021

https://fondation-monet.com/