CHANTONS SOUS LA PLUIE

“Chantons Sous La Pluie” devrait être remboursé par la Sécurité Sociale, car l’entregent, l’humour et les numéros de danse et de chant qui y sont déployés mettent immédiatement du baume au cœur.

Le film, réalisé par Stanley Donen en 1952, relate avec humour la transition dans les années 20 du cinéma muet au cinéma parlant, difficilement négociée par certaines actrices. Parmi elles, l’irascible Lina Lamont (jouée par Jean Hagen), certes superstar du muet, mais hélas affligée d’une voix nasillarde et d’un cheveu sur la langue, ce que le public ignore encore.

Elle est amoureuse de son partenaire de jeu, Don Lockwood (interprété par le frétillant Gene Kelly) mais celui-ci est amoureux d’une jeune actrice, Kathy Selden (à laquelle Debbie Reynolds prête ses traits).

Un projet de film parlant réunissant Lina et Don voit le jour mais les studios refusent de courir le risque de faire parler Lina.

Le meilleur ami de Don – Cosmo Brown, magistralement joué par Donald O’Connor – suggère que Kathy – qui a une voix angélique – soit engagée pour doubler l’irascible Lina et lui prêter une voix digne de ce nom. Ce qui donne lieu à des scènes vraiment cocasses.

C’est enlevé, c’est drôle – c’est vraiment très drôle – et les numéros de danse sont magistralement exécutés. Sans parler des chansons, dont certaines sont devenues des classiques.

Gene Kelly et Donald O’Connor sont tout à leur affaire : claquettistes hors pair mais au style différent d’un Fred Astaire au classicisme épuré, ils offrent dans ce film une version bien plus athlétique et bien plus moderne des claquettes.

Debbie Reynolds, qui n’a que 19 ans à l’époque du tournage, n’est absolument pas danseuse. Gene Kelly lui inflige un entrainement exténuant afin de lui permettre d’exécuter les numéros de danse. Le résultat est brillant, même si Debbie Reynolds eut par la suite coutume de dire que les deux moments les plus difficiles qu’elle ait eut à affronter dans sa vie étaient son accouchement et… le tournage de “Chantons Sous La Pluie”.

Cyd Charisse fait une apparition onirique dans un sublime numéro de danse classique, à l’occasion duquel elle aura fumé l’unique cigarette de sa vie.

J’avoue une tendresse particulière pour Donald O’Connor, à l’abattage comique et au talent sans fin. Son numéro “Make ‘Em Laugh” est un morceau de bravoure, inspiré par sa propre attitude d’acteur en coulisses.

Enfin l’effet miroir est cocasse : “Chantons Sous La Pluie” est un film dans un film dans un film. Kathy double Lina pour les besoins d’un film de fiction, mais dans la vraie vie, Debbie Reynolds est doublée pour les chansons par une autre actrice, Betty Noyes.

Claquettiste moi-même, je vous propose donc ici mon interprétation de “Chantons Sous La Pluie”. Le numéro de claquettes est pour plus tard 🙂

Manteau et escarpins Prada – Pantalon JCrew – Pull Monoprix – Parapluie YSL – Chapeau Céline Robert – Sac à main Dior