L’ENVERS DU DÉCOR – LIVRE 16

Est-ce que l’on boit de l’alcool sur un photoshoot ? Pas du tout, jamais au grand jamais, la preuve en image :

Récapitulons.

Lorsqu’en 2019, Triumph Lingerie me contacte, j’imagine avec impatience les idées que je vais pouvoir développer par écrit sur la femme, son corps et le regard qu’y porte la société.

Je rédige le texte, y prends un plaisir infini, et demande dans la foulée à l’hôtel Lancaster de nous accueillir, mon photographe et moi, pour une séance-photo.

Vient le jour de la séance-photo. Comment vous dire que le process devient moins fluide, subitement ? Mon photographe Cedric et moi-même, d’habitude si affairés, errons à travers la suite. Cedric n’installe absolument pas son matériel et je ne vais absolument pas me changer puisque cela suppose de me retrouver en culotte dans une chambre d’hôtel avec un homme qui n’est pas le mien, pour prendre des photos qui vont atterrir sur Internet.

En bref, tout ce que j’aime. Malaise total.

Cedric tente vainement de détendre l’atmosphère avec un pauvre “oh c’est pas très différent de photos en maillot de bain sur la plage”.

Que nenni, Cedric.

Je t’arrête tout de suite.

C’est très différent puisqu’il s’agit, comme toujours, d’une question de contexte. Le maillot de bain porté dans un endroit où il est socialement accepté – puisqu’il participe à une activité de bronzage à laquelle tout le monde s’adonne – est bien différent d’une parure de lingerie associée à l’intimité, à la nudité, voire à la sexualité.

Vu les circonstances, ma solution pour détendre l’atmosphère est donc plus radicale : ouvrir la bouteille de champagne disponible dans le mini-bar. Histoire de laisser filer l’inhibition.

Voilà.

Vous aurez donc vu des photos sur lesquelles je suis légèrement pompette, ce n’est pas glorieux.

Sinon, je me suis encore déguisée en costume ancien, et j’ai eu un franc succès dans la rue.

J’ai également tenté un foulard dans les cheveux mais c’était absolument raté, tout simplement parce qu’il s’agissait d’un TRÈS GRAND foulard.

Je me suis battue avec un cygne qui voulait fumer ma cigarette et me suis demandée depuis quand les cygnes étaient aussi drogués, vu le bellicisme de celui-ci.

J’ai, comme d’habitude, lu mes emails en pleine séance-photo ou encore fais la sotte en surjouant une attitude dramatique sous prétexte que nous étions dans la suite Marlène Dietrich de l’hôtel Lancaster.

En bref ? Tout va bien. Comme d’habitude 😉