MONTAGNE

A la montagne, je crois bien que le style est la dernière des préoccupations que l’on puisse avoir. La première d’entre elles est d’avoir chaud, et ce, en toutes circonstances, quelle que soit l’activité ou l’altitude. D’où l’importance de s’habiller en “feuilleté”, avec moult couches adaptables que l’on peut ôter ou remettre à l’envi.

L’autre préoccupation est d’avoir les mains libres, surtout lorsque vous devez gérer l’emploi du temps ministériel de deux enfants encore petits, qui ont pour seul objectif de skier et de gagner leur sacro-sainte médaille.

Les chaussures de ski, les bâtons et autres skis échouant invariablement dans vos augustes bras, il est capital d’avoir les mains absolument libres et de prévoir en conséquence une tenue comportant trois milliards de poches qui ne demandent qu’à être remplies – voire à déborder.

Pour le reste, c’est-à-dire le style, on sauvera vite fait une allure peu brillante par un rouge à lèvres (pour être tout à fait transparente, je n’ai jamais eu le temps, pendant ces vacances, de vraiment me coiffer, encore moins de me maquiller). A ce stade, je vais être honnête, c’est assez peu important : les paysages enneigés et le ciel étoilé méritent toute l’attention possible.

Pull bordeaux à fourrure Hôtel Particulier – Manteau, gants et écharpe Loro Piana – Jean Gap – Surveste rouge Berteil – Bottes et lunettes de soleil Chanel