L’ENVERS DU DÉCOR – LIVRE 8

Preuve en images, voici le parfait exemple d’une séance-photo complètement, définitivement et absolument ratée.

Comme je dispose, de manière générale, d’assez peu de temps dans ma vie quotidienne, et que je réunis souvent tous les volets de ma vie dans le même moment, j’ai la brillante idée de louer un beau voilier pendant cinq heures et d’embarquer à bord mon photographe, mais aussi son amoureuse, mon père, mon frère, ma belle-sœur et mes deux petits.

Brillante idée, donc.

Nous sommes mi-mai.

Laissez-moi vous planter le décor : un ciel couvert en sortant du port, et une demi-heure après, une pluie lourde et continue.

Dix degrés en ressenti.

Adieu bikinis à prendre en photo (pour mémoire, j’avais prévu de prendre en photo cinq ou six tenues, qui attendaient sagement dans une valise, dans le carré du bateau. Autant vous dire que la valise n’a jamais été ouverte).

Le visage de mes enfants commence à tourner au vert. L’un veut vomir, l’autre est mutique.

Nous sommes gelés.

Mon photographe, tentant le tout pour le tout, me dit de prendre la barre telle que je suis.

Désastre absolu, je demande au skipper de rentrer au port au bout d’une heure.

Je vous offre donc ces photos qui, d’un point de vue stylistique, ont un intérêt très limité, mais qui reflètent parfaitement l’envers du décor des photos que je vous propose habituellement. C’était tragiquement comique.

Séance reportée à des jours plus cléments, vous l’aurez compris 😉

 

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Oh mon bateau...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.