HÔTEL DE LA MARINE

Après plus de quatre ans de restauration (2017-2020), voici que renaît l’hôtel de la Marine, l’imposant bâtiment qui vient fermer – avec son pendant, l’hôtel des Monnaies – la perspective offerte par la place de la Concorde.

Honnêtement, je ne sais s’il faut parler ici de l’hôtel de la Marine ou de l’hôtel du Garde-Meuble, puisque le Centre des Monuments Nationaux a pris le parti, à chaque fois que cela était possible, de restaurer l’immeuble dans son décor d’origine, c’est-à-dire le décor existant au XVIII° siècle lorsque l’endroit était encore connu sous le nom de Garde-Meuble royal.

Car il faut bien le dire : le bâtiment a connu plusieurs vies. Tout comme cette place de la Concorde qu’il domine et qui a elle-même connu plusieurs noms.

En 1748, Louis XV cherche à affirmer son pouvoir en faisant ériger une statue équestre dédiée à sa gloire. La statue équestre est certes réalisée mais le projet prend de l’ampleur, puisqu’il s’élargit à la construction d’une esplanade monumentale dédiée au Roi. Dès 1753, Ange-Jacques Gabriel, Premier Architecte du Roi, créé les plans définitifs de ce qui sera la Place Louis XV.

En 1757, seules les façades de l’hôtel des Monnaies et de l’hôtel du Garde-Meuble sont construites, sans aucun bâtiment derrière – créant par là un vrai décor de théâtre.

Il faut attendre 1767 pour que l’illusion cède la place à la réalité : le Garde-Meuble royal – qui a pour mission d’acquérir et de conserver le mobilier, les collections du Roi, les diamants de la Couronne et les bijoux de la famille royale – investit le bâtiment fraichement construit derrière la façade de théâtre.

La Révolution arrive. Symbole de l’Ancien Régime, le Garde-Meuble royal est supprimé en 1793 et les meubles et objets d’art sont vendus aux enchères.

Louis XIV et Marie-Antoinette sont guillotinés sous les balcons de ce majestueux hôtel, sur cette immense esplanade maintenant baptisée Place de la Révolution.

La Marine prend possession des lieux en 1799 et ne les quittera plus jusqu’en 2015. D’ailleurs, les salons d’apparat que vous verrez ici ont été restaurés dans le décor voulu par le Ministère de la Marine, au XIX° siècle.

Le 25 octobre 1836, Louis-Philippe assiste depuis la loggia de l’hôtel de la Marine à l’érection de l’obélisque de Louxor sur l’esplanade.

Le 27 avril 1848, Victor Schoelcher, Sous-Secrétaire d’État à la Marine, y abolit l’esclavage.

Pendant l’Occupation, l’état-major de la Marine allemande s’empare des lieux. Lors de la Libération de Paris en août 1944, les derniers combats se concentrent autour de la place de la Concorde et de nombreux nazis trouvent refuge au sein de l’hôtel de la Marine. Ils se rendent, pris en étau entre la 2ème DB qui arrive par la rue de Rivoli et le général de Gaulle descendant les Champs-Élysées.

Que de vies, que d’évènements vécus par ce magnifique bâtiment, véritable témoin de l’Histoire.

Hôtel de la Marine