IRLANDE – KERRY

N’étaient les nuages, on ne jouirait pas du soleil”. Sans surprise pour qui connait le pays, il s’agit là d’un proverbe irlandais.

Effectivement, les nuages irlandais ont un talent certain pour jouer avec le soleil, déclinant ainsi mille lumières sur cette terre à la fois aride et généreuse.

Car l’Irlande est la patrie de toutes les lumières.

Terre aride, lorsque certaines landes désolées s’offrent, tels des paysages lunaires, dépouillés, âpres, qui vous ramènent inévitablement à l’aube des temps, où l’homme était seul avec ses tourments, face à la Nature et à Dieu.

Que penser de cette communauté de moines catholiques ayant construit au VIIème siècle, au sommet de l’ile absolument isolée de Skellig Michael, un monastère ouvert à tous vents, composé de rudimentaires cellules ressemblant à de frêles petites ruches ? Il vous faudra gravir quelques 500 marches taillées à même la roche avant d’accéder au monastère, mais quel lieu incroyable…

On croit parfois deviner ce monde résolument spirituel, légendaire, mystique, peuplé de créatures étranges mais il nous échappe souvent, notre rationalité bien occidentale nous en interdisant maintenant l’accès.

Terre généreuse, où ces mêmes landes se révèlent beaucoup moins âpres sous une lumière plus clémente, où des fleurs sauvages aux couleurs éclatantes jaillissent au détour d’un chemin. A terre généreuse, êtres généreux. La générosité irlandaise est proverbiale et loin d’être usurpée.

Terre difficile parfois, qui se mérite, mais qui reconnaît – à celui qui s’est battu – son droit à la vie.

En réalité, en Irlande, vous n’êtes pas forcément en face d’un paysage lorsque vous le contemplez. Vous êtes plutôt face à vous-même.

L’Irlande toujours, Eire go deo.